Shoji et Fusuma, les panneaux coulissants japonais

Shoji et Fusuma, les panneaux coulissants japonais

Les maisons japonaises sont soit fortement référentielles à l'architecture traditionnelle japonaise, soit elles abandonnent la préséance au profit d'une approche beaucoup plus moderniste. Cette polarité entre l'ancien et le nouveau n'est pas unique au Japon, et lorsque vous sillonnez les rues à travers les grandes villes, vous trouverez facilement ces styles architecturaux contrastés pour vous garantir une totale immersion dans deux univers différent.

Cependant, parmi les traditions qui persistent au Japon en matière architecturale, le Shoji et le Fusuma restent des imparables dans les maisons japonaises, surtout celles qui sont traditionnelles. En effet, ceux sont des panneaux coulissants qui ont des fonctionnalités différentes. Alors, pour mieux comprendre leur place dans une maison japonaise, voici quelques points à savoir.

En quoi consistent exactement les Fusuma ?

Les Fusuma sont des séparateurs japonais traditionnels construits avec du papier ou de tissu dans un cadre en bois. Ils sont généralement solides et opaques, ne laissant pas la lumière entrée dans la maison. Dans les palais et les temples, ils peuvent être décorés avec des œuvres d'art telles que des peintures, si dans les maisons, les hôtels et les restaurants, ils sont généralement de couleur unie, généralement blanche.

Quelle est la différence entre les Shoji et les Fusuma ?

Les Fusuma et les Shoji sont des éléments architecturaux similaires qui sont tous deux conçus pour glisser sur une piste en bois. Ils sont utilisés pour délimiter chaque espace par rapport aux portes que l’on retrouve dans les maisons occidentales. Dans de nombreux cas, les Shoji et les Fusuma permettent de reconfigurer dynamiquement les pièces. La principale différence entre eux se trouve principalement dans leur opacité. Si le Fusuma est opaque, le Shoji est par contre translucide. Ceux sont effectivement des séparations traditionnelles utilisées dans les maisons japonaises et qui sont constituées de papier translucide dans un cadre en treillis de bois.

Bien que le Fusuma puisse être construit à partir de papier, il s'agit généralement d'un papier à grain épais qui n'est pas translucide. Shoji, d'autre part, sont fabriqués à partir d'un mince papier ciré qui laisse passer la lumière.

Des séparations accrochées au niveau des fenêtres

Le Shoji peut être placé à l'extérieur où ils agissent comme une fenêtre, une porte et un mur. Dans ce cas, il y a généralement une couche extérieure de volets en bois appelés amado qui sont fermés le soir ou par mauvais temps. Les Amado sont souvent des planches de bois non décorées afin d’offrir une sensation de sécurité et d’intimité le soir venu.

Il donne à l'intérieur une sensation d'intimité lorsque des ombres sont projetées d'une pièce à l'autre. Il laisse la lumière naturelle pénétrer à l’intérieur de la maison lorsqu’il fait jour, éclairant ainsi toute la maison tout en lui offrant une sensation de fraîcheur. Pour ce qui est du Fusuma, il peut également permettre à la lumière d'atteindre les intérieurs car il est généralement laissé ouvert pendant la journée créant de grandes pièces ouvertes.

Voilà quelques points à connaître concernant la différence entre les Fushima et les Shoji. Ainsi, lors de votre périple, vous n’aurez aucun mal à comprendre leur utilité.